Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, publie celle-ci une définition qu'il articule en trois niveaux, tous étroitement liés :

  1. La psychanalyse est un procédé d'investigation des processus psychiques inconscients qui autrement seraient difficilement accessibles.
  2. Elle est aussi une méthode de traitement des troubles névrotiques, méthode qui se fonde sur les résultats de votre investigation.
  3. Elle consiste finalement à un ensemble de conception psychologique acquise par des moyens et qui réunis forment une discipline scientifique nouvelle.

Le cadre optimal dans lequel se déroule une psychanalyse consiste en plusieurs séances hebdomadaires, idéalement de 3 ou 4, où le sujet est invité à dire librement y opposer de contraintes, les pensées lui viennent spontanément à l'esprit. C'est ce qu'on appelle la règle de l'association libre.

L'analyste est assis en arrière, hors de sa vue, ce qui permettra à l'analysant pour que toute la concentration du sujet se porte à son monde intérieur.

Une psychanalyse est avant tout une rencontre entre deux personnes, ouvertes sur leur propre énigme.

Qui peut bénéficier d'une psychanalyse ?

Les personnes susceptibles d'en bénéficier sont celles qui perçoivent comme relevant d'une cause intérieure leurs angoisses, leurs inhibitions et les conflits présents dans leur vie personnelle et professionnelle.

Ces difficultés entraînent une souffrance qui les empêche d'avoir une vie relationnelle à la hauteur de leur désir.

Les motifs d'une telle démarche peuvent être liés à des symptômes précis et identifiables mais aussi à un sentiment d'inaccomplissement, à une épreuve à traverser ou à une remise en question globale de sa vie.

L'intérêt pour sa propre vie psychique et le désir de mieux se connaître demeurent des facteurs importants lorsque vient le temps d'envisager une démarche analytique.